Blogue

Chronique de votre physiothérapeute par Julie Salvas, Pht

Ma physiothérapeute me traite avec des aiguilles…

Détrompez-vous ce n’est pas de l’acupuncture, mais bien l’utilisation d’aiguille sous le derme (dry needling) dans le but de relâcher les points de tension musculaire, de diminuer l’inflammation et de stimuler une réponse du système nerveux. La technique consiste à insérer une aiguille très fine et stérile dans un point de tension musculaire douloureux ou bien dans une région d’inflammation. Ces points de tension musculaire se nomment des points gâchettes (trigger point). Ils constituent une zone tendue de fibres musculaires hypoxiques (en manque d’oxygène) causant ainsi la douleur. Nous avons tous de tels points dans nos muscles, mais leur niveau de douleur est variable. Ces points peuvent être douloureux localement, mais peuvent aussi référer de la douleur dans une zone éloignée, contribuer à la diminution de mobilité ainsi qu’à la diminution de l’activité musculaire.

Le principe de l’aiguille est de désactiver le point gâchette en créant une contraction involontaire des fibres musculaires permettant le relâchement de celle-ci par la suite. Dans un même temps, il y a une dilatation des vaisseaux sanguins qui amènent plus de sang et d’oxygène aux fibres musculaires hypoxiques leur permettant de retrouver une fonction normale et par conséquent diminuer la douleur. Les effets peuvent être immédiat dans certains cas ou prendre de quelques heures à quelques jours à se faire ressentir.

Quelles conditions peuvent bénéficier d’un traitement d’aiguilles sèches? 

Les dysfonctions musculaires par point gâchette peuvent être la cause primaire et/ou secondaire de plusieurs pathologies telles que les blessures de surutilisation, les tendinopathies, maux de cou, maux de dos, migraines, syndrome d’accrochage de l’épaule, capsulite, tunnel carpien, dysfonction sacro-iliaque, sciatalgie, étirement musculaire, genou du coureur, entorse ligamentaire, syndrome patello-fémoral ou fasciite plantaire. Si des points gâchettes actifs causent de la douleur, une faiblesse ou raideur musculaire alors un traitement d’aiguille sèchent peut aider.

Est-ce que c’est douloureux?

La majorité des gens de ressentent pas l’insertion de l’aiguille. Lorsque celle-ci atteint le point gâchette une brève sensation de crampe ou lourdeur est ressentie soit localement ou dans la zone de référence du point gâchette. Ces sensations sont tout-à-fait souhaitables pour obtenir de bons résultats.

Est-ce que tous les physiothérapeutes ont le droit d’utiliser les aiguilles?

Non, seulement 9 physiothérapeutes sont accrédites dans la région de Gatineau/Cantley. Il est donc très important de vous assurer qu’ils ont bien reçu leur accréditation de l’Ordre Professionnel de la Physiothérapie du Québec.

Vous êtes bien chanceux cher lecteur car GoPhysio est une clinique accréditée!

 

La clé pour la prévention des blessures en vélo

Les cyclistes souffrent principalement de blessures de surutilisation, à moins qu’il n’y ait eu une chute et qu’il y ait un traumatisme. Les principales blessures que l’on retrouve le plus fréquemment en vélo sont :

1- Douleur et/ou engourdissement aux pieds;
2- Tendinopathie du tendon d’Achille;
3- Tendinopathie des ischio-jambiers;
4- Douleur aux genoux
5- Douleur et/ou engourdissement dans la région de la selle;
6- Douleur au bas du dos
7- Douleur au cou et omoplates
8- Engourdissement aux mains

Cinq facteurs principaux contribuent au développement de blessures de surutilisation :
1- Le surentraînement;
2- Un manque de flexibilité;
3- Une faiblesse musculaire;
4- Un changement anatomique;
5- Mauvais ajustement du vélo.

Un bon ajustement sur le vélo est essentiel pour chaque type de cycliste. Si vous êtes un cycliste débutant, le bon ajustement assure un maximum de confort et de la facilité de cyclisme. Si vous êtes un cycliste plus expérimenté, un bon ajustement augmente votre efficacité, la puissance et le confort. Quel que soit le niveau du cycliste, un bon ajustement réduit également le risque de blessures provoquées par le cyclisme et peut aussi aider avec des blessures chroniques.

Votre corps est en contact avec le vélo à 3 points : les fesses sur la selle, les mains sur le guidon et les pieds sur les pédales. Voyons donc comment bien les ajuster.

Étape 1 : La bonne hauteur de selle
Lorsque vous êtes positionné sur votre vélo avec l’avant pied sur le pédale ou bien le soulier inséré dans votre pédale à clip, votre genou devrait avoir un angle de 30°. Une manière rapidement de faire l’ajustement est d’ajuster la hauteur de votre selle de manière à ce que lorsque la pédale est en bas et votre talon sur celle-ci, votre jambe devrait être complètement allongée. De cette manière, lorsque vous placerai votre avant-pied sur la pédale, vous devriez avoir un angle de genou approprié.

Étape 2 : positionnement avant-arrière de la selle
Vous devez aussi ajuster la position avant-arrière de votre selle. Lorsque vos pédales sont placées horizontalement avec vos pieds parallèles au sol, le devant de votre genou devrait être aligné avec l’avant de la pédale. Vous pouvez utiliser un long niveau ou une ligne de plomb pour vérifier votre alignement. Quant à l’angle de votre selle, elle devrait être horizontale.

Étape 3 : Ajustement de la distance entre la selle et le guidon
Positionnez-vous sur votre vélo avec les mains sur le guidon et les coudes légèrement fléchis. Cette petite flexion des coudes sert à absorber les chocs de la route pour diminuer le stress sur vos articulations. En regardant votre roue avant, le guidon devrait visuellement bloquer l’axe de rotation de votre roue. Si tel n’est pas le cas, vous devriez changer la longueur de la potence de votre guidon (la pièce qui connecte votre guidon à votre cadre de vélo.

Voici donc quelques petits trucs pour vous aider à rouler confortablement et efficacement, mais rappelez-vous que le vélo ne fait pas le cycliste! Votre corps doit aussi être en bonne condition physique. N’hésitez donc pas à nous pour plus d’informations

.

Prévenir les blessures de course à pied

(10 mai 2013)

Le printemps est enfin arrivé et vos espadrilles vous appellent pour vous remettre en forme pour l’été ?
C’est une excellente idée, mais soyez vigilent pour ne pas vous blesser. Que ce soit pour votre simple plaisir ou en préparation de la saison de soccer, le mot d’ordre est PROGRESSION!

La progression Si vous n’avez pas couru depuis quelques mois, souvenez-vous que vous ne pouvez pas reprendre là où vous avez laissé. Afin d’en arriver à une course de 30 minutes continue, vous devriez prévoir une progression sur 3 semaines et suivre un programme fractionné. Pour diminuer les risques de blessures, au début, il est recommandé de courir plus souvent des courtes durées qu’une fois une longue durée. Vous devriez courir entre 4 à 6 fois par semaine et idéalement sur une surface irrégulière (type cross-country) sans côte, plutôt que sur un tapis roulant ou toujours sur le même parcours de rue. Aussi, l’alternance course/marche est la méthode à préconiser. Tout cela permet à votre corps de s’adapter au stress mécaniques. Le corps s’adapte dans la mesure où le stress appliqué n’est pas plus grand que sa capacité d’adaptation. La majorité des blessures de surutilisation proviennent d’une surcharge sur les structures anatomiques, c'est-à-dire, les os, les tendons, les cartilages, les muscles etc. De plus, il est important de toujours débuter et terminer sa course par une période de 5 minutes de marche.

Programme fractionné Voici un bon exemple de progression qui a fait ses preuves: La première semaine, courez 10 minutes en alternant 1 minute de course et 1 minute de marche. Augmentez de 5 minutes la durée totale à chaque sortie pour atteindre 30 minutes. La deuxième semaine, alternez la durée totale entre 20 et 30 minutes par sortie en courant de 2 à 4 minutes pour 1 minute de marche. La troisième semaine, la durée totale est de 30 minutes en alternant de 4 à 14 minutes de course pour 1 minute de marche. À la fin de cette progression, vous devriez être en mesure de courir 30 minutes continues sans vous être blessé et votre corps sera très bien adapté. Si en cours de route des douleurs apparaissent, appliquez immédiatement de la glace sur la région pour une période 15 à 20 minutes à toutes les heures pour deux jours et par la suite reprenez l’entrainement en revenant en arrière de 1 ou 2 séances. Si vous voulez le détail du programme fractionné, consultez la section astuces santé du site www.gophysio.net

La technique Votre technique de course a aussi une part importante à jouer dans la prévention des blessures reliées à la course à pied. Pour minimiser la force d’impact, la perte d’énergie et le risque de blessure, tout en maximisant l’efficacité de la foulée, il est préférable d’augmenter la fréquence de ses pas entre 170 et 190 pas/min. Au début ça vous semblera plus difficile, mais votre mécanique de course sera optimisée et tout votre corps en bénéficiera.

La chaussure Pour l’efficacité de votre foulée de course, la chaussure est un aspect à ne pas négliger. Lisez-nous le mois prochain pour toutes les informations concernant les chaussures minimalistes ! Entre-temps, si vous souhaitez plus d’informations, consultez notre spécialiste de la course à pied en prenant rendez-vous à la clinique pour une ANALYSE DE VOTRE TECHNIQUE DE COURSE.
Bonne course!

Sommeil et douleurs au cou

(6 mai 2013)

Saviez-vous que votre position de sommeil pouvait avoir une grande incidence sur les douleurs au cou? Lorsque vous êtes sur votre oreiller, votre cou et pas seulement votre tête, devraient être bien supportés et évitez de placer l'oreiller sous les épaules. Tant sur le côté que sur le dos, votre tête devrait être horizontale et non relevée ou penchée. Demandez à votre conjoint de vérifier, vous pourriez vous sauver bien des maux!

Rendez-vous

Prenez rendez-vous dès aujourd'hui ici

Nouveaux clients

Prenez de l'avance et remplissez les formulaires en ligne avant votre premier rendez-vous.

Infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre

Commentaires

Faites-nous part de vos commentaires ici

Partenaires

 Coorp santé des collines